30/07/2004

Chronique 22

(Femmes d'Aujourd'hui N°28 – 14/07/04)

Au jour le jour...

Un lundi. Comme souvent, après une bonne journée à l'école, je suis naze et très "contraire" à la maison.
Après mon repas, je m'enferme dans ma "bulle", me balançant dans le fauteuil et répétant inlassablement le même mot. Papa me rejoint pour jouer avec moi. Je veux qu'on tombe par terre (on s'amuse parfois comme cela), mais il refuse : "Non Lou, désolé mais j'ai pas envie aujourd'hui." Je me braque : "J'ai pas envie, j'ai pas envie, j'ai pas envie !", et recommence à me balancer.
Seule ma soif me fait finalement sortir de mon petit monde. Maman qui cuisine m'invite à la rejoindre pour boire là-bas. Décidément, il ont décidé de ne pas me faciliter la vie aujourd'hui. Je suis prié d'y aller par mes propres moyens. Pas de "service livraison". Ils exagèrent à m'obliger ainsi de me déplacer tout seul selon mes demandes. Bon, O.K., j'ai cinq ans, mais je suis différent moi ! Et puis, je vais pas me laisser enlever mes privilèges comme ça !
In fine, j'obtempère en exécutant le parcours du combattant : quitter le canapé ; contourner la table du salon ; éviter ma bascule, atteindre l'angle de la table de la salle à manger ; là, ne pas me cogner contre les chaises ; et enfin, le virage à 90° gauche, vers la cuisine. Mission accomplie. Je suis récompensé par papa qui m'y rejoint et m'invite à m'asseoir sur ses genoux. Je joue à tomber lentement tête en arrière contre le carrelage jusqu'à ce que mon crâne touche le sol, puis j'enchaîne avec des cumulets arrières en l'air où papa ne me tient qu'avec mes bras. Le pied !
Vient l'heure du bain. "Loulou, il veut pas prendre le bain. Le bain, il pleure !". (Comme ça, ils sont tout de suite prévenus que j'ai assez donné pour aujourd'hui). Insistance. Je m'énerve. J'essaye un autre truc : "Dans les bras de maman". Mais maman est fatiguée. Papa trouve la parade : "Monte vite, où je vais t'attraper et te faire des guilis !". J'ai pas le temps de réfléchir et me fait avoir, une fois encore. Mais dès la première volée d'escalier, je me ressaisis : "Non je ne veux pas monter prendre le bain !". Moralité : fin des négociations. Papa me dit calmement que je vais obéir et qu'il n'a pas envie de se fâcher. Je persiste. Alors il saisit ma main et me tire calmement mais fermement. Je résiste.
Découvrant la situation, ma soeur Eva s'excite, croyant assister à un jeu. Elle voudrait qu'on fasse de même avec elle ...et se fait remballer.
Deux minutes plus tard, je suis à bon port. La marée monte dans la baignoire. Papa en profite pour causer avec ma soeur qui boude. "Pourquoi Lou, il peut, lui ?" Il essaye de lui faire comprendre que ce n'était pas un jeu. "Oui, mais il n'y en a que pour Lou !". Il lui rappelle tout ce qu'ils faisaient avec elle au même âge et ce qu'ils font encore, même si c'est vrai que je prends beaucoup de place. Et puis ils lui consacrent parfois une journée rien que pour elle quand c'est possible. Bref, elle doit essayer de voir le positif, et non comparer.
Si je vous dis tout ça, c'est parce que j'écoutais attentivement leur conversation pendant que maman m'aidait à me déshabiller. Régulièrement je disais à maman : "Papa, il parle avec Eva". Faut dire que j'aime bien le ton de papa à ces moments là. J'préfère ça à sa grosse voix.
Une fois réconcilié avec elle, il veut se rendre dans son bureau. Re-crise de ma part : "Le bureau il pleure ! Je veux pas papa dans son bureau. Je veux le bureau dans le bain !". Chouette, à mon tour de recevoir la leçon de papa. Il m'explique qu'il vient de beaucoup jouer avec moi, qu'il a le droit de faire des choses sans moi. Bref, que je dois pas avoir peur.
Moralité ? Un fois encore, ils m'ont bien eu. Je barbotte comme un petit fou dans le bain et Eva est de nouveau positive.
Au moment de me coucher dans mon lit, je dis à papa avec le même ton rassurant que le sien : "Tu vois que tu dois pas avoir peur. Et Eva, elle doit comprendre que papa et maman, ils travaillent dans le bureau". Je suis heureux et m'endors sur le champs.

10:40 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.