08/07/2004

Chronique 20

(Femmes d'Aujourd'hui N°26 – 1/07/04)

Les z'animaux et moi

Moi et les z'animaux... C'est bif-bof. Logique puisque je ne les vois pas vivre. Je ne peux donc m'émouvoir devant leur beauté ou m'amuser de leur comportement. De plus, allez m'expliquer que ce sont des êtres vivants tout comme moi. Bref, je l'avoue, les bestioles, ça m'indiffère malgré la présence à la maison de Méga, le chien de papa, et d'une petite chatte. Ma relation avec les animaux se résume donc à des expériences à chaque fois... particulières.

Le mouton

L'année passée, par exemple, j'ai été en "classe verte" dans une ferme spécialement aménagée pour la découverte de la vie à la campagne. 3 jours sans papa et maman qui furent super chouettes, à l'exception d'un petit incident qui m'a profondément marqué. On rendait visite à tous les animaux de la ferme pour les nourrir. Arrivé dans l'étable des moutons, on m'a assis sur le foin près des bêtes, moment qu'a choisi l'un d'eux pour me bêler en plein dans l'oreille. J'vous dis pas comme j'ai sauté en l'air ...et la crise de larmes qui s'en est suivie. Pendant certainement deux ou trois mois, c'était le centre de toutes mes conversations : "Mouton ! Tu ne peux pas faire Bêêêêê !" - "Mais tu (=je) ne dois pas avoir peur du mouton, il est gentil !" - "Bêêê... Petit mouton, tu veux ta maman, petit mouton ?" - "Tu ne dois pas pleurer mouton..." etc... Depuis lors, mon imitation du bêlement de l'animal est parfaite (mon sens inné de la reproduction des sons). ...Au point de corriger ceux qui font stupidement "bêêêê" (façon "cocoricoooo")

Virgule

Un autre moment fort, il y a huit mois, fut l'arrivée de Virgule, la petite chatte. Y'avait bien déjà un chat, Fritz, mais il est mort l'été passé. J'sais pas ce que ca veut dire "mort", mais en tout cas, il est plus là. Alors, à la demande d'Eva, Maman et Papa ont repris un chaton (en se disant aussi que ce sera bien pour moi !). Au début, Virgule voulait tout le temps me sauter dessus quand je me balançais sur ma bascule ou dans le fauteuil : j'appréciais pas vraiment. Bref, ce fut pas vraiment l'amitié entre nous, bien qu'aujourd'hui je me laisse convaincre de la caresser quand on me le demande (il faut certes insister, mais je le fais).
En fait, je me moque pas mal de la petite chatte, sauf quand elle se manifeste de façon rigolotte.
Un jour, en me conduisant à l'école, Papa l'a prise pour aller faire ses premiers vaccins chez le vétérinaire. Dans la voiture, Virgule pleurait tout le temps dans son panier-cage. Alors, j'ai été tout mignon. Durant tout le trajet, je lui ai parlé : "Tu ne dois pas pleurer, petite Virgule... Tu ne dois pas avoir peur... C'est juste une petite piqûre..." En la matière, j'en connais un bout, puisque tous les soirs, j'ai droit à ma piqûre d'hormones (que j'accepte de bonne grâce).
Et puis, il y a ce jour où j'ai été pris d'un fou rire à cause d'elle. J'étais dans mon bain lorsque j'ai entendu tout d'abord un "plouf", puis maman qui s'est exclamée : "Mais... Virgule ! Qu'est ce que tu fais là ?". Elle a ri et m'a expliqué : Virgule était tombée, non pas dans le bain (c'était déjà fait la veille), mais dans la cuvette de la toilette. Je me suis mis à rire, mais rire ! Moi : "Virgule dans la toilette ! Bah... Enfin Virgule !".
Ainsi donc, comme je le disais dans l'introduction, les animaux ne m'intéressent qu'à partir du moment où j'entends les gens autour de moi réagir face à eux : que ce soit quand ils sont drôles ou quand on les gronde (j'adore enguirlander Virgule dans mes petits monologues : "Virgule... Virgule ! Ça suffit !").

A tout cela, il y a cependant une exception dont je vous parlerai la semaine prochaine : les chevaux.

16:03 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.