17/06/2004

Chronique 17

(Femmes d'Aujourd'hui N°23 – 10/06/04)

Les sensations fortes

le mouvement


Le mouvement ? C’est ma grande passion, comme dirait l’autre avec ses chevaux dans la télévision. J'adore la voiture, la poussette, être jeté en l'air, sauter ou me balancer dans le fauteuil ou sur mon cheval à bascule sur lequel, si mes parents me laissaient faire, je passerais des journées entières. J'aime aussi la balançoire, même que j'apprends (lentement) à la mettre en mouvement tout seul. Bref, j'adore tout ce qui bouge et où je dois pas trop faire d'effort (Hé, hé !). Le mouvement, c'est un peu ma drogue à moi. Un "shoot" quoi. Il paraît que c'est souvent le cas des aveugles. Essayez de vous balancer longtemps avec les yeux fermés, vous verrez... On « déconnecte » et des sensations envahissent votre cerveau. Alors papa et maman, ils ne me laissent pas trop faire cela... Je suis déjà assez dans ma bulle comme ça.

les manèges extrêmes !

Ce que j'adore par dessus tout, c'est les parcs d'attraction avec leurs montagnes russes ! Maman n'aimant plus trop ça, c'est toujours papa qui s'y colle. Je suis alors insatiable ! J'peux faire dix fois, vingt fois la grande balançoire bateau qui vous soulève le coeur, une montagne russe qui vous secoue comme un shaker, un manège qui tournoie dans tous les sens. Parfois au bout du compte, papa en a la nausée pendant que je moi j’en réclame encore !
Dans certains parcs, les responsables sont tellement gentils qu'heureusement, on ne doit plus faire les files interminables qui m'énervent (Mettez-vous à ma place : 15, 20, 30 minutes debout à avancer à petits pas, attendre, me cogner sur les rambardes etc...).
Ailleurs (à la foire du midi de Bruxelles), certains responsables de manège ont été si gentils qu'ils ont accepté, à la demande de mes parents, de diminuer la musique tonitruante au moment où j'allais y aller parce que celle-ci me faisait peur. J'aime bien les gens gentils comme ça

Les plaines de jeux.

A défaut des parcs d’attraction, une de mes occupations favorites est d’aller à la plaine de jeux. Je peux rester des minutes entières sur un tourniquet. Un jour j'en ai tellement profité que papa, qui m’accompagnait pour me filmer, a dégusté… Je vous laisse imaginer ! Lorsqu’on est sorti de l’engin, je me suis mis à marcher droit devant comme si de rien était, par contre papa, j'ai bien senti qu'il était tout calme après. Pendant ce temps là, je me payais déjà une tranche de « bim-bam » (vous avez, ces bascules fixées à un ressort). Je peux m’y balancer tellement fort que je touche presque le sol.
Après ça, j’ai enchaîné quelques glissades sur un toboggan (je le fais seul s’il est court et avec Eva ou papa lorsqu’il est long).
Comme quoi, l’endurance en ce domaine, ça existe aussi !

En voiture

Finalement, mon « manège » quotidien, en dehors de ma bascule, c’est la voiture. Généralement, il ne faut pas me prier pour monter dedans.
Pour aller à l'école, on traverse un bois avec de nombreux virages larges qui me pressent d'un côté ou de l'autre de mon siège.
Papa en profite pour m'expliquer : "On touuuurne à gauche et tu es poussé à droite ! On touuuurne à droite, et tu es poussé à gauche ! C'est drôle, hein ?"
Ben oui, ça me plaît, mais la force centrifuge comme dit papa, c'est une sacrée notion à comprendre, même si je la « pratique » souvent.
Parfois, quand on arrive dans notre quartier, papa en profite même pour faire tanguer la voiture de droite à gauche en donnant des petits coups de volant (je le sais, parce qu’il m’arrive aussi de m’asseoir alors sur ses genoux pour conduire l’auto avec lui dans notre rue !).
Mais ma vie en voiture, c’est encore toutes des histoires que je devrai un jour vous raconter !

15:32 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.