08/04/2004

Chronique 8

(Femmes d'Aujourd'hui N°15 - 08/04/04)

Au rayon langage

Je... tu... il...


.Compliqué la langue française ! O.K.,O.K., je fais pas beaucoup d'efforts, mais c'est pas simple dans ma tête.
Dès que j'ai commencé à parler (vers mes un an et demi), j'ai mélangé le "je", le "tu" et le "il" : en fait je répétais les phrase entendues. Et pour compliquer un peu plus les choses, je confondais parfois aussi l'affirmation et la négation. Papa, il a appelé cela de la confusion mentale. Résultat, quand je voulais ma tétine pour aller dormir (ou après un bobo), je disais : "Tu veux ta tute". Alors mes parents, ils ont trouvé le truc pour me corriger. Ils m'ont répondu : "Non, je ne veux pas ma tute !". J'étais alors obligé de leurs dire : "je veux ma tute". (Qu'est ce qu'ils peuvent être ch... parfois !)
Du coup, comme j'appréciais pas trop leur jeu, il m'est arrivé de les tourner en bourrique en systématisant notre communication de la sorte : je disais mal une phrase ("tu veux de l'eau ?"), ils me répondaient ("non je ne veux pas de l'eau"), et je disais enfin la phrase correcte ("je veux de l'eau s'il te plaît, maman"). Ça en devenais presque un rite.
Il a fallu quand même presque trois ans pour en venir à bout, même qu'aujourd'hui encore, parfois je me trompe... ou je le fais exprès, par jeu

"Hè 'oigts 'ans ha houch"

Dans le même rayon, il y a eu les doigts dans la bouche. Je ne sais pas pourquoi papa et maman me demandaient tout le temps d'enlever mes doigts dans ma bouche quand je parlais. C'est pourtant si gai de se tripoter les dents, la joue, la langue. Je faisais ma visite du moi, quoi ! Enfin bon, je reconnais que quand je parlais comme ça, c'était encore plus dur à suivre.
Je l'ai compris parce que mes parents ont une fois de plus trouvé le truc : me prendre à mon propre jeu. Ils se sont mis à me répondre en mettant aussi leur doigt dans la bouche.
Du coup, j'ai ri et j'ai obéi... en mettant généralement le doigt une dernière fois en bouche pour dire : "houhou, hi heu ha hetre hè 'oigts 'ans ha houch !"* (*Loulou, il peux pas mettre les doigts dans la bouche).

Aaah, que je cause !

Au delà de ces aspects, rites et jeux, je suis en réalité un grand bavard. J'adore dire n'importe quoi.
Par contre je déteste répondre aux questions : je fais alors semblant de ne pas entendre ou de ne pas comprendre... à moins que je ne le fasse pas exprès, mais de cela, je vous en reparlerai bientôt.
Je m'amuse donc à aligner des mots au hasard de ma pensée. Un exemple ?
Je joue souvent à téléphoner. Pour de vrai, avec Bon-Papy (ou papa et maman quand ils ne sont pas là), et pour de faux avec le téléphone "Toy Story" de Buzz L'Eclair. J'cause alors à monsieur René ou au Petit Chien Courage(*). Et comme je pousse sur tous les boutons qui font tantôt de la musique, tantôt entendre la voix de Buzz l'Eclair, ça donne un truc assez cocasse dans le genre : - Moi: "Allô ? Allô ! Oui, j'ai perdu les vacances de Mr René..." - Le téléphone: "I'm Buzz l'Eclair, for the rescue !" - Moi: " Oui, oui, oui, Monsieur René, c'est vrai... Oui, merci, au revoir.. " - Musique- "Oui, oui, c'est important, Monsieur René,..., Oui, je téléphone... Oui mais non. Ca va, ça va, ça va, ça va.... " - Le téléphone : "To infinity and beyond" - Moi : "Non, il n'y a pas de problème... On ne peut pas taper, Monsieur René ! C'est bien de ne pas mordre, petit chien courage. Au revoir !" Puis je pousse plusieurs fois sur la même touche : "I am Buzz L'Eclair, I am, I am, aya, aya, aya..." Je me marre. "To infinity and beyond, To in, to in, to in, to infinity" - "Bu... bu... Buzz l'Eclair".

...Ça c'est moi quand je joue avec les mots, enfin un exemple parmi d'autres.

19:57 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.