11/03/2004

Chronique 4

(Femme d'Aujourd'hui N°11 - 10/03/04)

La musique et moi...

Même si cela peut paraître évident pour un aveugle, la musique et moi, on est pote ! Bon O.K., j'ai de qui tenir avec des parents qui aime tous les genres musicaux et qui en écoutent très souvent.
Tout petit déjà, j'étais donc bercé par les disques et cassettes pour enfant de mes soeurs, la variété française ou anglo-saxonne, le jazz, le rock, la musique classique, bref, l'éclectisme total. Aujourd'hui, la musique doit m'accompagner partout ou presque : elle rythme mes repas et mes loisirs à la maison. J suis capable d'écouter deux ou trois sources sonores en même temps : une histoire audio sur mon lecteur perso, une musique sur la chaîne hi-fi, le tout pendant que mes soeurs regardent un film à la télé ! Ben ouais, ça meuble le silence !

Le premier chanteur sur lequel j'ai flashé, ce fut Dick Annegarn ( vous savez : "Bruxelles ma belle", "Sacré Géranium" etc. ). Mes parents, ils ont repéré tout de suite mon sourire "banane" lorsque je l'ai entendu pour la première fois. C'est à peine si je n'ai pas prononcé son nom avant même celui de mes soeurs ! Mieux encore, je l'ai chanté a cappella dès mes deux ans et demi. Et la note juste s'il-vous plaît ! Faut dire que lorsque je jette ainsi mon dévolu sur une musique, je suis capable de l'écouter en boucle des mois et des mois durant. Y'a donc largement le temps de la graver dans mon disque dur.
Juste après, y'a eu ma période Gainsbourg (ses premiers disques). "Juke box, juke box, je claque des doigts devant le juke box". Le jour où maman m'a expliqué que la rythmique de cette chanson se faisait en claquant des doigts, je me suis immédiatement laissé faire pour qu'elle me montre la technique. Un comble si je vous dis que c'est un combat permanent avec moi pour essayer de me faire toucher et manipuler des choses avec mes mains. Et bien là, il n'a pas fallu insister et il ne m'a pas fallu longtemps pour que je le fasse ! Si du haut de mes trois ans, ça ressemblait plus au frottement léger d'un tissu, je peux vous dire qu'aujourd'hui, le King du clac, c'est plus Elvis ou Gainsbourg, mais moi ! Ça me prend, comme ça, par moment : il suffit que le rythme me démange le bout des articulations, et hop, c'est parti !
Après Gainsbourg, je suis passé à ma période du "trio" Benjamin Biolay, Keren Ann et Coralie Clément.
J'ai donc, au fil des années constitué ma petite discothèque perso que je réclame au gré de mes envies du moment : "J'aimerais... euh... Les Négresses Vertes" ou bien Vincent Delerm, ou Tam Echo Tam (...) Mais ne croyez pas que je prends tout ce qui vient, hein ! Par exemple, avec William Sheller que papa aime beaucoup, j'accroche pas. Allez comprendre ! Côté anglo-saxon, j'adore particulièrement Coldplay que je chante en improvisant mes propres paroles genre la litanie de toutes les personnes que je connais.
Enfin, il y a aussi les "tubes" du moment (ô drame pour papa) que je découvre à la radio pendant le trajet de l'école. Ben oui, j'échappe pas non plus au matraquage médiatique. Dès que j'entends une nouvelle zigue qui me plaît, j'entame (après le premier couplet et le premier refrain) ...une seconde voix !
Du coup, quand elle sent que j'accroche à une chanson, maman m'achète le single. Cet été, elle m'a offert "Chiwawa". Je le leurs ai fait passer en boucle, jusqu'à l'écoeurement !
Aujourd'hui, c'est au tour de "La Bamba". Faut dire que je suis en pleine période latino en ce moment avec "Trio esperança do Brasil" (trois madames qui chantent a cappella), et "Brasilero" (dont je reproduis les mélodies complexes sans accompagnement).

Dernier détail, je suis le roi du "blind test" : mettez-moi la première note de musique d'une chanson que je connais, et je vous dis tout de suite le nom du chanteur.

10:28 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.