03/03/2004

Chronique 3

(Femme d'Aujourd'hui N°10 - 03/03/04)

Les Papous

Je vous disais donc la semaine dernière que j'étais différent dans ma tête... C'est un euphémisme ! Disons que je me complais souvent dans mon petit monde, fait de gestes répétitifs et de mots qui me plaisent ! Ben ouais, à défaut de vision, les sons prennent une place fondamentale dans ma vie. Et de la même manière qu'un petit enfant passe beaucoup de temps à observer les autres et à reproduire leur comportement, moi, je fais ça avec les sons. Peu importe le sens des mots pourvu que ce soit amusant et que "ça sonne bien" !
C'est ainsi qu'au hit parade de mes jeux de mots préférés, il y a les Papous. Vous savez cette comptine qui parle des Papous qui ont des poux.
Cela remonte à il y a trois ans déjà - j'en avais alors deux -. C'était en voiture. Ma grande soeur Mathilde a eu le "malheur" de me lire le texte pour m'occuper (...a part le bercement de la voiture -que j'adore- j'ai pas grand chose d'autre à y faire). Donc elle a commencé : "Chez les papous, il y a des Papous et des pas Papous. Chez les papous, il y a des Papous papas et des Papous pas papa. Chez les Papous, il y a des poux. Il y a donc des Papous papa à poux, des Papous papas pas à poux, des Papous pas papa à poux et des Papous pas papa pas à poux....(etc.)".
Conclusion : j'ai été pris d'un fou rire... et il a fallu me répéter et me répéter encore la comptine. Et même encore parfois aujourd'hui, trois ans après !
Imaginez par exemple la tête de papa lorsque de grand matin, au sortir du lit, au lieu de lui dire bonjour, je lui sors tout de go : "Chez les papous... A papa de faire les Papous !" (car en plus, je suis paresseux malgré une intelligence prodigieuse). Je suis un petit peu comme "Rainman" (l'autiste interprété par Dustin Hoffman) : j'ai mes lubies, mes obsessions, mes marottes et mes petites habitudes contre les quelles, je le sens bien, papa et maman tentent de mettre un frein, ou tout le moins, desquelles ils essayent de me sortir.
En fait, j'ai une sensibilité telle que je détecte, au simple timbre de la voix, si l'approche que l'on a vis-à-vis de moi est ludique ou non. Si c'est oui, on est copain, si c'est non, je me braque (colère, refus, ignorance de l'autre). Ben oui, mettez-vous à ma place : je vois pas pourquoi je prendrais pas mon pied dans la vie. Les trucs négatifs et les contraintes ont donc le même effet sur moi que sur une huître à l'approche d'un prédateur.
Le problème, c'est que papa et maman, ils n'ont pas toujours le temps de tout tourner en jeu et à l'humour

La Terre et les pays !

Comme il en a eu un peu marre des "papous à poux et des Papous pas papa à poux pas papa", mon paternel a tenté de m'expliquer la Terre et les autres pays... Je savais que j'habitais telle commune, dans telle ville, en Belgique (je connais même mon adresse), mais j'ignorais qu'il y avait des tas de pays et que la Terre était si grande. Papa m'a donc cité les pays du monde et le nom des habitants de chacun d'eux.
Aujourd'hui, je peux vous dire que les habitants de Monaco sont des monégasques, qu'en Afghanistan, ce sont les afghans, au Pakistan les pakistanais; je connais les burkinabés, les yéménites, les malgaches, les cubains, les guatémaltèques etc. Bref, c'est par ce jeu que maintenant je tourne parfois mes parents en bourrique : dès qu'ils me demandent ce que je veux faire ou durant mon repas, je réponds : "Alors Papa... dis-moi les pays !" Etant encore plus têtu que moi, il me demande toujours de commencer et d'en citer quelques uns avant de prendre le relais, ce que je ne fais pas toujours de gaieté de coeur. J'vois pas pourquoi je me fatiguerais alors que papa, il les connaît tous !

10:01 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.