25/02/2004

Chronique 2

(Femmes d'Aujourd'hui N°9 - 26/02/04)

Mon mode d'emploi

Là où je me marre (quoique des fois ça m'énerve), c'est que mon papa et ma maman, ils n'ont toujours pas trouvé le mode d'emploi complet pour communiquer avec moi. Bon, O.K., je suis pas simple...
Le problème, c'est qu'en l'absence de vision, je perçois la vie comme vous vivez un rêve où il vous manque certaines perceptions. Je voudrais bien contrôler le scénario, mais cela ne se passe pas toujours comme je veux, faute d'une vision complète avec toutes les infos. Et puis, il y a ce grain de sable dans ma tête qui fait que les rouages grippent par moment : je ne conceptualise pas facilement les choses. Par conséquent, allez m'expliquer que je ne peux pas aller m'asseoir dans l'herbe du jardin parce qu'il pleut ! Papa n'a qu'à arrêter la pluie de la même manière qu'il arrête ou remet un CD dans le lecteur, pardi ! Ils ont beau m'expliquer que c'est pas eux qui décident du temps, moi, j'ai du mal à comprendre. Bref, parfois, je trouve mes parents nuls et comme n'importe quel enfant, je le leurs fait savoir par tous les moyens à ma disposition.


C'est quoi le jour et la nuit ?

Dans le même registre, j'ai parfois furieusement tendance à confondre le jour et la nuit. Logique puisque je ne vois pas la lumière ! Ma seule référence c'est le calme. Alors il m'arrive de faire la fête dans mon lit tard le soir, ou parfois à partir de 3, 4 ou 5 heures du mat. (j'ai le droit de guindailler dans mon lit, quand même !).

L'autre jour, il devait être cinq heures lorsque je me suis mis à crier dans mon lit (en zozotant) : "Mainsenant fa fuffit, Mefieu René !". Ben oui, je ne dormais plus et je m'occupais en imitant Monsieur René (un de mes grands classiques). Le dit Monsieur René est une personne âgée qui s'occupe de la chorale de l'école. Alors comme j'adore chanter, et surtout, comme les voix particulières attisent ma curiosité (faut dire que je reconnais quiconque de mon entourage à la première syllabe) ...et que le monsieur, il a un "seveux" sur la langue, j'ai un malin plaisir à imiter ses colères (car y'en a de sacrés loustics comme moi à gérer à l'école).
Hélas, ce jour là, réveillée par mon chahut, Maman n'a rien compris à mes talents d'imitateurs parce qu'elle est venue me demander d'arrêter !
J'admets qu'après ce genre de raves en solo, les jours qui suivent, je suis naze-crevé. Du coup, à l'école (spéciale pour les cas géniaux comme moi), je suis guère coopératif, ce qui au début, tracassait ma maîtresse qui ne comprenait pas pourquoi un jour je pétais la forme et le lendemain je la jouais genre "Fort Chabrol".
Il y a des jours où je suis parfois tellement crevé de mes décalages horaires que je m'endors dans la voiture au retour de l'école.
Dur dur donc de prendre un rythme de vie régulier en l'absence de la lumière. Ceci dit, en grandissant, je commence à prendre mes repères.
Au fait, c'est quoi le jour et la nuit ? C'est quoi 24 heures ? Une journée ? Un an ? C'est quoi le temps qui passe ? De fameuses colles pour mes parents...

Pour terminer et à propos de Monsieur René : en juin dernier, on avait appris la chanson : "Adieu monsieur le professeur", pour le départ à la retraite de notre directeur. C'était un secret. Evidemment, moi, la chanson, je la connaissais dès la première répétition. Je l'ai donc chanté non stop à l'école : "Adieu monsieur le directeur...". Pour une surprise, ce fut une surprise ! Hum...

Ah oui, dernier truc : si vous croisez dans la rue un papa avec son fils qui passent leurs temps à zozoter en déconnant, ne vous étonnez pas. C'est nous !

21:03 Écrit par Luc Boland | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.